Prothèse de la hanche : comment le chirurgien choisit-il le modèle

Vous ressentez des douleurs dans le dos ou au niveau des hanches, ou vous venez d’avoir un accident. Si votre os fémoral a eu un choc plus ou moins grave, il est parfois nécessaire de vous poser une prothèse. Cette intervention doit être réalisée par un chirurgien très expérimenté. Il faudrait aussi que ce dernier sache bien choisir le type de prothèse qui conviendrait à votre situation. Voici les réflexes à avoir ou les critères à suivre par votre médecin pour le choix de votre prothèse de la hanche.

Les critères de choix

Après une fracture de la hanche nécessitant la pose d’une prothèse, votre médecin aura un choix important à faire. Il tiendra beaucoup compte de votre âge. Les personnes âgées se retrouvent beaucoup plus souvent que les jeunes dans une telle situation. Quand il faut leur en placer une le médecin opte pour les matériaux en anti luxation en polyéthylène. L’objectif est ainsi d’éviter la luxation postopératoire fréquente chez ces anciens. Composé d’une cotyle retentive, encore appelée à double mobilité, elle leur est parfaite. Les plus jeunes quant à eux se verront placer une prothèse de hanche en céramique. La cause en est que pendant longtemps les chirurgiens ont évité de placer des prothèses de hanche à de jeunes personnes. Cela était dû à la possibilité fréquente de fixation desdites prothèses dans du ciment. Puis la particularité de la céramique a été découverte. Dès lors, les plus jeunes profitent d’une intervention chirurgicale aisée et efficace.

Prothèse totale ou partielle ?

Il arrive qu’un accident ou la vieillesse ne détruise pas tout l’os fémoral. Ainsi, vous n’aurez pas besoin de faire remplacer l’intégralité de l’os par une prothèse de hanche. Il suffira de trouver un système de prothèse adapté à la partie fracturée dudit os. En revanche, la prothèse totale est installée très souvent aux plus âgés. Elle est également l’option incontournable pour les cas d’accident très grave. Pour savoir s’il faut une prothèse partielle ou totale, le médecin prend également en compte votre aptitude sportive. Ainsi, quand vous êtes régulier au sport, il est plus prudent de vous adapter une prothèse complète. Notez tout de même que pour une situation ne nécessitant aucunement une prothèse totale il ne faut pas la forcer. Le mieux est de laisser votre activité sportive intense ou répétée afin de faire intégrer une prothèse partielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code